Dernier Spectacle Avant Ouverture
(Théâtre Mondain
)

2004 - 2005



Production : Ouvre le Chien, Festival Court Toujours (Scène Nationale de Poitiers), Le Carré des Jalles (Saint Médard en Jalles), Le Gallia Théâtre (Saintes)



Ultime concession aux paradoxes du show, ce Dernier spectacle avant (ouverture) est un alibi de plus à la culture marchande, valorisée par la spéculation concurrentielle établie par les médias. Dispositif anti-émotionnel, champ réduit d’une expérience forcément réductrice, il est question de rendre au plateau son moment “d’avant les chiens dressés» . Pornographie de la bienséance et de l’étalage des savoirs, la scène n’est pas cet endroit de l’hésitation mais bien celui du “coup sûr” et des valeurs montantes.

Dernier spectacle avant ouverture est une performance de 23 minutes en forme d’épuisement de l’espace du plateau, livré à l’expertise d’un corps à l’agonie.  Il y est question entre autres, et sous réserves : d’un corps qui se vend, du cahier de doléances d’un supermarché de province, du salut public, de la soif des vaincus, des soldes avant la saison, d’un air nerveux et répétitif ... enfin les rideaux s’ouvriront.

À l’heure où le politique semble placer le statut de l’artiste aux confins de la précarité, il semble justifié de s’interroger sur la complexe valeur accordée au “rendement” de l’artiste. Le geste artistique n’a rien à vendre que son désir d’être au monde en disant le monde. En cela il est loin d’être entendu comme nécessaire au sein d’un système économique. Le nécessaire doit être marchand, rentabilisé, logotypé. Le nécessaire doit participer au flux économique, pas à sa remise en question. Les grands médias ont fait de l’artiste un VRP du culturellement correct, du logiquement vendeur. Les “quinze minutes de célébrité” chères à Andy Warhol sont désormais le credo absolu d’un passe-droit bien cynique aux valeurs culturelles portées par ces grands médias. Être reconnu est déjà en soi une valeur culturelle importante aujourd’hui. Fabriquer un “soi” logiquement vendeur ne se nourrit surtout pas d’un discours ni du geste de la création artistique, mais plutôt s’attache à refléter l’image d’une civilisation qui cherche encore ses héros.

Sur la scène du “Dernier spectacle avant ouverture”, les héros déchus disposent d’une vingtaine de minutes pour prouver une dernière fois qu’ils sont au monde, nourris de son profond désordre, de son chaos sublime. Ces créateurs de civilisation sont les épouvantails traversés des messages publicitaires et des idoles glacées. Leur théâtre n’a pas su dire leur temps car leur théâtre est mort depuis bien longtemps. Leurs idoles aussi.

En attendant l’ouverture, la suite est alors envisagée...



Extrait

Bonsoir. Oh ! Quelle journée, euh…
On m’a demandé y’a trois jours de remettre la Palme d’or et euh… je n’ai pas hésité une seconde. Et depuis les choses se sont accélérées euh...
Il a fallu beaucoup de choses , alors j’ai fait dix - huit discours, j’en ai écrit cinq ; on m’en a remis un tout à l’heure, y’a cinq minutes, j’vous l’lirai après, p’t’être que ce s’ra… très bien…euh…Alors, j’donc, j’suis arrivée ici y’a une heure et demie, j’voulais savoir qu’est-ce que c’est Cannes, qu’est – ce que, qu’est-ce qui se passe, c’est comment l’atmosphère, c’est quoi, j’ai demandé partout, alors j’ai…
J’ai eu comme ça des bribes de réponses, euh… qui m’disaient : « Oh ! Cannes c’est chiant mais c’est chiant, j’vous l’dis, c’est beaucoup mieux à Cabourg ». Et euh… oui d’accord mais les films c’est quoi, euh… les films euh…oh ! Y’a eu euh… heureusement le Almodovar qui a un peu réveillé la Croisette y’a, chhhh… pardon ? Il y a , il y a, enfin bon j’m’embrouille mais… (RESIPRATION), j’vais y arriver, euh… il y a tous ces films, euh… qui sont…euh… qui sont là ce soir et qui ont été, euh…, euh…, vus…

En tous cas, je serai, euh… très heureuse pour le bienheureux qui aura ce soir cette, cette Palme d’or et qui nous rappelleront, euh…, tous ceux qui ont eu la Palme d’or et qui… , et tous ceux qui ne l’ont pas eue mais qui ont accompagné le cinéma, qui ont fait le cinéma et qui euh…
Et qui, et c’est important et , et j’voulais vous parler… j’voulais vous parler de…de…de… ch…, j’voulais vous parler d’aut’ choses que de cinéma, parce qu’il y a d’aut’choses d’important que le cinéma et puis, et puis j’ai passé une journée avec des enfants (SIFFLETS) gravement malades, et je peux vous dire (SIFFLETS) que le cinéma est une chose qui compte dans le monde, plutôt que de faire la guerre, on fait du cinéma et je vous dis que ça fait rêver les gens, et ça leur donne un… un but, un projet… euh… à court terme et quelque chose qui reste pour toujours… euh…

Je vais maintenant…. »



Presse

"Vibrant pamphlet anti-consommation culturelle, la commande faite au metteur en scène Renaud Cojo, Dernier Spectacle avant (ouverture), est la meilleure illustration de cette impertinence du court."

(Alexandra Chaignon, Télérama, Avril 2004)

« Renaud Cojo est ascerbe pour l’art théâtral. Dernier spectacle avant (ouverture) – théâtre mondain entend traduire la réalité actuelle du théâtre à partir de moyens scénographiques proches de ceux de Rodrigo Garcia (Ben Benanouisse se tartinant de beurre, intégration au rang d’accessoires des marques, forme en succession de numéros). Elle serait commerçante, bientôt commerciale. Mais le théâtre résiste : le travesti fait retour en la personne de Ludovic Larthomas et, sous le couvert de dénoncer cette prostitution générale, le plaisir de jouer avec des costumes ou le comique, piège celui du spectateur pour des illusions accrocheuses.»

(Marie-Mai Corbell,  Mouvement, Février 2004)


Equipe

Conception : Renaud Cojo. Éclairage : Emmanuel Bassibé. Sons : Nicolas Barillot. Avec : Ben Benaouisse, en alternance avec Renaud Cojo, Ludovic Larthomas, Elisabeth Mancini. Administration de production : Thierry Rousseau , assisté d’Anne Latournerie. Diffusion : Krystel Vergne


Calendrier

18 01 2005 : Festival 30’ 30’’
17 01 2005 : Festival 30’ 30’’
06 04 2004 : Le Gallia Théâtre
18 03 2004 : Le Carré des Jalles
20.02.2004 : « Festival Court Toujours »
Théâtre Scène Nationale de Poitiers
Bordeaux
Bordeaux
Saintes
St Médard en Jalles
Poitiers

video : extrait :

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
eprise}

 

 

 

portfolio :

 

Design : Franck TALLON

b_180_0_0_0___images_Archives_Dsao_01.jpg

b_180_0_0_0___images_Archives_Dsao_02.jpg