Maïakovski Nuage Tour (d'Après le Nuage en Pantalon

1993 - 1994 - 1995



Production : Ouvre le Chien / Festival « Sous les Projecteurs »



Maïakovski un autre “suicidé de la société”, géant froissé, visionnaire déçu au dessus du volcan idéaliste. Figure de proue d’un futurisme et d’une révolution en attente. Tel que nous l’avons aperçu, pour une dernière fois, en concert d’adieu, sur la scène des idéaux avortés jouant du cri, l’instrument de sa révolte. 
A bas votre amour !
 A bas votre art! 
A bas votre ordre! 
A bas votre religion! 
Le corps se déchire en offrande exemplaire, Christ en croix, virtuose de la transe, héros déchu, ange guerrier... Seul au pied du micro, la vois portée au combat pour rendre l’amour possible. La machinerie futuriste posée comme un potentiel telle la main invisible d’un dieu, projette l’effervescence par l’incandescente ferveur du vécu.

Renaud Cojo


Maïakovski est célèbre mais quand connait-on?
 Les précieux florilèges qui ont essentiellement révélé son existence ne pouvaient donner plus que des échantillons très divers. 
Ces fragments communiquent une idée juste de l’écriture, de l’humeur, du tempérament maïakovskien. Mais il en émane l’impression d’une oeuvre aux facettes multiples, soudées principalement par le dynamisme d’une personnalité.
 La grandeur de Maïakovski tient à l’extraordinaire cohérence de son univers poétique. Une cohérence assidue, réfléchie, déterminante pour la charpente constitutive de son oeuvre.
 Ces poèmes jalonnent toute la création de Maïakovski, ils mettent en évidence la structure cyclique de sa démarche. Chaque cycle a pour matériau un certain nombre d’éléments vécus, biographiques, historiques, politiques qui se projette d’abord sous une forme immédiate, le plus souvent fragmentaire ou éclatée.
 Le poème maïakovskien est une oeuvre solidement constituée où la matière anecdotique est soudée et transfigurée en argument symbolique à trame le plus souvent fantastique. C’est ainsi que Le Nuage en pantalon dessine tout un système d’implications du motif amoureux tragique. L’amour vécu par le poète est insoutenablement malheureux à cause du monde dominé par l’argent, la guerre, la grossièreté bourgeoise qui laboure l’esprit de ferveur. Aussi bien lutter contre le conflit déclenché en 1914 que par les cupidités impérialistes, pour la modernité de l’art, les opprimés du monde industriel et surtout pour promouvoir sur la terre un style d’existence chaleureux et affranchi.
 Maïakovski ne démord pas de cet objectif jusqu’à ce 14 Avril 1930 où il se donne la mort d’une balle en plein coeur.

A propos du “Nuage en pantalon” Le titre initial était “Le treizième apôtre.
 Maïakovski dira “Je considère le Nuage comme le catéchisme de l’art d’aujourd’hui; quand j’ai apporté cette oeuvre à la censure, on m’a demandé : Alors vous voulez aller au bagne? J’ai répondu : en aucun cas, cela ne fait pas du tout mon affaire”... Alors on m’a barré six pages, y compris le titre (...). 
On m’a demandé comment je pouvais associer le lyrisme à une grande grossièreté. Alors j’ai dit : Bon si vous voulez je serai furieux, si vous voulez je serai des plus tendre, pas un homme mais un nuage en pantalon...Plus tard je n’ai pas rétabli le titre, je m’y étais habitué.
 C’est en cherchant un éditeur que Maïakovski fit la connaissance de Lili Brik en 1915, “la plus joyeuse des dates”. A la suite d’une déclaration du poème chez elle va naître la passion centrale qui les unira pendant de longues années. Le poème d’abord “tout déplumé par la censure, avec six pages complètes de points de suspension” ne sera imprimé intégralement qu’en 1918 par l’Association de l’art socialiste, organisée initialement par Maïakovski.


Extrait

“Ton corps, 
Je veux le choyer et l’aimer 
comme un soldat 
raccourci par la guerre, 
Inutile, 
solitaire, 
prend soin de sa jambe unique. 
Maria,
 tu ne veux pas?
 Tu ne veux pas! 
Bah! 
Alors encore,
 sombre et abattu, je prendrai mon coeur,
 le baignerai de larmes 
pour le porter
 comme un chien 
porte à sa niche, 
sa patte écrasée par un train”



Presse

“Performance d’acteur de la part de Christian Rousseau? Et comment! Mais jamais gratuitement. Car, dans sa mise en scène jusqu’auboutiste, dans cette façon de faire du théâtre à l’estomac, Renaud Cojo a aussi pris le soin de faire respirer le texte, de le rythmer d’un rythme assourdissant de coeur qui bat, de le cerner de silences, aussi percutants que les mots. On en sort tout estourbi, les oreilles farcies de cris, les yeux douloureux se souvenant d’une lumière rouge comme un nuage de sang. La force des mots s’avère plus efficace que celles des guitares saturées, absentes ici dans l’espace sonore mais présentes dans le tourment et le combat. Magistral. Ce spectacle de Ouvre le chien et de ceux qui marquent définitivement les mémoires...

Catherine Darfay (Sud Ouest, Février 1994)

 

“Monologue vociféré, gesticulé avec un courage et une conviction admirable par Christian Rousseau dans une débauche d’éclairs lumineux et de stridences répétitives (...). L’assistance était ravie, exultait et applaudissant à tout rompre. Bravo”.

André Camp (L’avant-Scène
 Théâtre)



Equipe

Mise en scène et adaptation : Renaud Cojo . Assistant : Stéphane Revel. 
Avec : Christian Rousseau. 
Scénographie : Philippe Casaban, Eric Charbeau , Isabelle Fourcade. 
Conception Lumière et Son : Sylvain Dumoulin. 
Régie Générale : Sylvain Dumoulin. 
Régie son : Stéphane Revel
. Musique : Garlo in “Tribal scandal”. 
Musiques Additionnelles : Daniel Chevenez
. Accessoires : Annie Onchalo. 
Communication / Administration : Dominique Courait
, Françoise Laurent, Lili Dieu, Laurence de la Fuente



Vu à

La mémoire ne nous a pas permis de retrouver le calendrier précis de chacune de ces représentations
Le Florida Agen, Festival du Jeune Théâtre Alés (Prix du Public), Scène nationale de Bayonne,
 Festival "Overlook" Bergerac, Théâtre Barbey Bordeaux, Salle polyvalente Cestas, Théâtre Arc-en-Ciel Liévin, Espace Ligéria de Montlouis sur Loire, Centre Culturel Terrasson, Théâtre Municipal Tonneins, Festival "Sous les projecteurs" Villandraut.


audio : extrait

There seems to be an error with the player !





video : extrait

 



portfolio :

 

b_180_0_0_0___images_Archives_Maiakovski_affiche.jpg

Photo : Xavier CANTAT

Photo : Eric LUCAS



Photo : Eric LUCAS


Photo : Xavier CANTAT



Photo : Xavier CANTAT



Photo : Eric LUCAS



Photo : Eric LUCAS